Association village
Pour une Défense durable

Accueil > Nous suivons avec intérêt... > Agenda 21 > évolution

AGENDA 21

évolution

definition

lundi 15 mars 2010, par afe

Après la charte de l’Environnement Juin 2003,le Plan D’amenagement
DurableDecembre 2005
.La Ville engage une reflexion sur l’Agenda 21
Qu’elle doivent etre les objectifs de cette reflexion ,qui y participe ,et à quoi doit elle aboutir

Définition [modifier]
Un agenda 21 local est l’un des outils de transcription dans la réalité du développement durable. Si, au final, il s’agit d’un plan d’actions programmées, la mèthode d’élaboration de l’agenda 21 est aussi importante que le résultat final car, en réalité, les deux sont interdépendants. En effet, quelle que soit la nature de la structure qui s’engage dans un agenda 21, il s’agit bien de réorienter les actions de celle-ci à la lumière des principes du développement durable. Cela exige l’implication de toutes les parties prenantes[1]. Pour une collectivité territoriale, les parties prenantes sont notamment les élus, les services, les grands acteurs (associations, administrations, établissements publics, syndicats professionnels) et bien sur les citoyens. L’autre impératif est la réalisation d’un diagnostic préalable à l’échange avec les parties prenantes. Ce diagnostic vise à donner à tous une base de travail et de discussion commune.

En résumé, l’ambition d’un tel programme nécessite la mobilisation de tous mais plus particulièrement du plus haut responsable de la structure (directeur, président, maire[2] ou chef de l’entité territoriale).

Il s’agit d’une démarche itérative c’est-à-dire qui est p�renne. Un agenda 21 doit constamment évoluer pour améliorer son efficacité d’ou l’utilité d’une évaluation continue des actions mises en place à l’aide d’une batterie d’indicateurs.

Au sens strict, le terme d’agenda 21 local correspond aux plans de développement durable mis en place par les collectivités territoriales. En réalité, d’autres acteurs se sont appropriés le terme "agenda 21" pour qualifier leur projet de développement durable tels certains �tablissements publics ou entreprises.

Grandes étapes [modifier]
L’élaboration d’un agenda 21 est un processus qui s’élabore sur 3 à 4 ans le plus souvent.

Les étapes principales de sa rédaction sont le diagnostic, la concertation et l’écriture du plan d’actions.

Le diagnostic est composé de deux volets :

un état des lieux du territoire (histoire, ressources, forces et faiblesses, état/pression/réponses)
une évaluation des politiques menées au regard du développement durable.
Ce double apport donne les informations nécessaires à l’engagement d’un dialogue avec les acteurs du territoire et les habitants.

La concertation fait partie intégrante d’une démarche se réclamant du développement durable (notion de gouvernance).
Cela suppose souvent une révolution de la part des institutions dans leur manière de concevoir leur action.
L’expérience montre que le partage de la réflexion est souvent difficile, mais toujours enrichissant pour le porteur du projet agenda 21.

L’écriture du plan d’actions doit restituer les propositions émises durant la concertation en les hiérarchisant et en les disposant selon un calendrier (d’ou le nom d’Agenda). Le plan doit pouvoir être évalué au moyen d’indicateurs fiables et cr�dibles.
Concrètement, cela signifie que chaque proposition est analysée en termes de pertinence globale et vis-à-vis des compétences de la collectivité, d’incidence financière mais aussi en termes d’impacts environnementaux et sociaux.

Ce plan est ensuite soumis aux élus qui le modifient avant de le voter.
On entre alors dans la phase de mise en oeuvre de l’agenda 21, qui en théorie n’est jamais terminé (Cf. Principe de l’amélioration continue, et de l’adaptation au contexte changeant)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0