Association village
Pour une Défense durable

Accueil > Notre chère voisine La Défense > Les projets de construction de La Défense > Tour Phare > ENQUÊTE PUBLIQUE DE LA TOUR PHARE

enquête publique

ENQUÊTE PUBLIQUE DE LA TOUR PHARE

samedi 19 juin 2010, par afe

Ce dossier est le plus néfaste pour l’environnement sur lequel nous ayons eu à donner un avis
Impact sur Courbevoie , en particulier le quartier de l’ARCHE est désastreux
Cette enquête s’ait déroulée dans les pires conditions,sous le controle de la municipalité de puteaux et la bienveillance du commissaire+

ASSOCIATION VILLAGE
Association déclarée conformément à la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901
Agrément préfectoral du 22 mars 2007
18 Villa Ghis, 92400 Courbevoie

Mairie de Puteaux
Service de l’Urbanisme
A l’attention de Madame Eustache
Commissaire Enquêteur

131 rue de la République

92800 PUTEAUX

Courbevoie, le 4 juin 2010

OBJET : Construction de la Tour Phare
V/REF : Enquête publique
N/REF : Courrier de Monsieur le Maire de Courbevoie daté du 27 Mai 2010
M/Courrier en date du 1er mai 2010

Madame le Commissaire Enquêteur,

Je souhaite par la présente, compléter le courrier du 1er mai dernier de l’Association Village, courrier concernant la demande de permis de construire de la tour Phare. En préambule, en tant qu’association de quartier représentative et responsable, sachez que nous déplorons :
1.que vous ayez refusé de prolonger la période d’enquête et que vous ayez également refusé de tenir une réunion publique comme le souhaitaient nos adhérents ainsi que de nombreux autres participants à l’enquête publique ;
2.que vous n’ayez pas jugé utile d’user de votre influence pour permettre l’obtention d’une copie du dossier d’étude d’impact de la part de la société UNIBAIL ;
3.que la société UNIBAIL ne nous ait précisé les conditions d’obtention des documents cinq jours avant la clôture de l’enquête ;
4.que la société UNIBAIL nous ait obligé à payer ce document dans le seul but, nous semble t il, d’empêcher d’étudier le dossier dans des conditions normales.
Ces préliminaires corroborent les difficultés imposées par la Mairie de Puteaux depuis les premiers jours de l’enquête afin de réduire le plus possible les possibilités d’accès à l’information. Sans intervention de la préfecture, les dossiers auraient été inaccessibles au plus grand nombre.
Aussi, l’Association Village soutient sans réserve les observations formulées par Monsieur Jacques Kossowski, Maire de Courbevoie, dans son courrier du 27 mai dernier.
ASPECT ENVIRONEMENTAL
L’étude du dossier de la Tour Phare permet de constater que le volet environnemental n’est pas la préoccupation majeure du Maître d’Oeuvre. En effet, sans reprendre l’avalanche de superlatifs dithyrambiques utilisés pour convaincre de l’aspect merveilleux du projet, je renvoie à notre conclusion relative à la qualification HQE de la tour Phare. En particulier, il y aurait beaucoup à dire concernant l’énergie primaire et la déclaration de respect de la RT 2005 alors même que ce bâtiment devrait être à la norme 2012 puisque sa mise en service ne se fera pas avant 2015.
Les effets Venturi sont également fort minimisés car ils ne tiennent compte que des effets actuels induits par la densification des seuls immeubles IGH existants. De plus, si l’on reconnaît une grave augmentation de l’effet Venturi sous le passage de la tour et sur la passerelle, aucune solution viable n’est proposée pour y remédier.
Côté bruit, on ne connaît pas l’impact de la vingtaine d’éoliennes prévue. Ceci dit, il est vrai qu’il a probablement fort peu d’importance comparé au bruit induit par le boulevard circulaire. Le bruit ne se cumule pas, mais il devient lentement permanent, de nuit comme de jour. Quant au bilan carbone qui ne prend en considération que la soi disant faible dépendance à l’accès à la Défense en voiture (Cf. Courrier de M le Maire de Courbevoie). Pourrait on évaluer le bilan carbone de la construction avec, en particulier, les milliers de camion de transport impliqués ?
LES TRANSPORTS
Les transports sont déjà, aujourd’hui, saturés et plus de 20 000 personnes supplémentaires vont venir travailler dans le quartier, dans les cinq ans. Tour Phare, mais aussi tour T1 et tour AVA ainsi que l’ensemble des nouveaux immeubles situés entre la tour T1 et la rue Berthelot qui ne sont actuellement que partiellement occupés.
Que dire alors de l’accessibilité à la dalle depuis la gare SNCF ou depuis le T2 par un minuscule escalier ? Rappelez nous que deux accès directs SNCF étaient initialement prévus et ont été, sans justification, abandonnés. Que dire, enfin, du Carrefour Serpentine / Leclerc, dont les accès à la dalle et aux transports en commun sont totalement ignorés dans l’étude ?
Il est vrai que le projet se dit vouloir favoriser les liaisons piétonnes et la continuité urbaine entre les deux communes de Courbevoie et de Puteaux ! Voici quatre ans que nous demandons une étude sérieuse pour l’amélioration de ce cheminement sans aucun résultat. Pourquoi ?
La Tour Phare est annoncée comme une tour HQE, tour de haute qualité environnementale. Malheureusement, vous reconnaîtrez que les dossiers d’Enquête Publique déposés en Mairie de Puteaux pour consultation ont été tronqués et de plus ils ont été présentés en noir et blanc ! Impossible donc d’apprécier les impacts véritables sur l’environnement. Pourquoi ?
Ces mêmes dossiers ne fournissent aucun élément d’appréciation sur la véritable consommation énergétique de la tour. Il y a fort à parier qu’en la matière elle sera obsolète avant quinze ans. Et nous pensons que c’est, en particulier, pour cette raison que l’on se précipite aujourd’hui pour l’obtention d’un permis de construire avant la date fatidique du 1er janvier 2011 afin d’échapper légalement aux fourches caudines des nouvelles règles RT 2012.
LE CHANTIER
D’évidence une tour de cette envergure ne va pas pousser ex nihilo telle un champignon. Le chantier prévu connexe ne dispose à ce jour d’aucun espace spécifique en dehors d’une emprise sur la dalle, inaccessible aux camions et aux dépôts de matériaux. l’ emprise prevue fut naguère occupée par les Algécos de la tour T1 ; ainsi, la totalité des matériaux nécessaires va transiter par voie aérienne au dessus du boulevard circulaire et de l’éventuelle passerelle piétonne de remplacement. Quelles protections va-t-on mettre en œuvre ? Verra t on au cas par cas au fur et à mesure des incidents ?

Sacrifié sur l’autel de la gloire de certains, le Quartier de l’Arche, durant quatre années va être traversé par des milliers de camions. En effet, il ne faudra pas moins de 4760 camions pour évacuer les 50 000 m3 de déblais des seules fondations ! Impossible de savoir combien il en faudra ensuite pour acheminer les matériaux qui passeront inévitablement par la rue de Valmy.
Autre question restée sans réponse : où s’installeront les Algécos du chantier ? Intuitivement nous pressentons que le non dit actuel désigne certainement les espaces verts comme ce fut le cas pour la tour SFR.
ETUDE D’IMPACT
La construction de l’ensemble du dossier est très cohérente et poursuit toujours les mêmes objectifs précités. Par exemple : on minimise les conséquences du stationnement automobile en renvoyant le problème sur d’autres qui se débrouilleront. Le dossier HQE se doit d’être performant ? C’est le cas, il prévoit 150 places supplémentaires même si le besoin estimé frise les huit cents.
Les motos subissent la même arithmétique légèrement aggravée car aucune place n’est prévue ! (Rappelons que la tour AVA en prévoit tout de même 50 !). Il est vrai que le pragmatisme débrouillard permet tous les jours de loger au pied de la tour EGE et de l’hôtel cent trente motos qui stationnent sur le trottoir de la rue de l’Arche (Cf. photos jointes)
Les propriétaires de vélos à l’EPAD se débrouillent seuls. Ce n’est pas à nous de résoudre le problème, mais on remarquera que ce mode de transport est de plus en plus « tendance » ce qui pousse même l’EPAD à étudier un plan d’accès et de déplacement pour la dalle de la défense, alors même que la circulation à vélo était, il y a peu, interdite.
Pour les taxis nous constatons une diminution des surfaces d’attente et, concomitamment, une augmentation prévisionnelle des besoins. Gardons également une pensée émue pour ces VIP que sont les piétons invités à partager les mêmes espaces que voitures, vélos et taxis …
CONCLUSION
L’Association village, devant le peu de coopération rencontrée pour faire évoluer intelligemment, par le dialogue, ce dossier, pense que le souci actuel ambiant est d’insister pour convaincre du caractère esthétique d’un projet pour lequel on attend anxieusement un permis de construire.ce n’est pas son aspect que nous contestons ,c’est l’emplacement prevu pour sa construction ,si la tour PHARE à pour ambition de remplacer la tour Signal.L’emplacement pour sa construction est tout indiqué
Vouloir ecraser l’impact de deux monuments qui devraient être classés Monuments historiques : Le CNIT et l’ARHE nous paraît insoutenable
L’Association Village affirme, au vu de la multitude d’aberrations que porte aujourd’hui le dossier Tour Phare, que celui qui aura l’audace d’accorder un permis de construire sans tenir compte de l’avis de quelques uns des plus proches voisins, doit savoir qu’on ne peut impunément faire n’importe quoi surtout quand plusieurs milliers de personnes seront quotidiennement concernées.
Veuillez agréer, Madame le Commissaire Enquêteur, l’expression de nos chaleureuses salutations.

Fessy André President de l’association village

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0